Pacte pour la transition

A l’approche des municipales, nous souhaitons obtenir des candidats un engagement fort pour la transition à Bures ! Prendre parti pour la transition, sans faire de politique partisane, c’est le pari du pacte pour la transition !

Qu’est-ce-que le pacte pour la transition ?

Le Pacte pour la transition est un outil visant à favoriser et organiser la participation citoyenne pour permettre le changement dans toutes les communes, en encourageant un dialogue entre citoyens et élus dans le cadre des campagnes pour les élections Municipales 2020.


Trois principes et un liste de 32 mesures concrètes et applicables à l’échelle d’une commune, en faveur de la transition écologique, solidaire et démocratique.

Un soutien des réseaux de la transition, via une cinquantaine d’organisations partenaires (Emmaüs, Greenpeace, Enercoop, France Nature Environnement…).

Une plateforme numérique  pour mettre en lien, outiller et accompagner les participants.


Le Pacte pour la transition est porté par des groupes de citoyens afin d’engager les candidats puis élus à mettre en œuvre tout ou une partie des mesures. Il pourra aussi servir d’outil pour entrer en dialogue avec les équipes municipales après les élections. Les citoyens seront amenés à suivre et accompagner la progression des engagements pris par les élus tout au long des mandats.

La liste définitive de mesures est disponible ici.

Les mesures ont été rédigées par un comité d’experts composé de citoyens, organisations partenaires, élus, et scientifiques suite à une consultation citoyenne réalisée en février 2019.

Comment procéder pour que des mesures soient adoptées sans parti pris ?

Les collectifs locaux inscrits sur le site pacte-transition.org doivent être indépendants de toute liste (puisque l’un des objectifs est de rencontrer plusieurs candidats afin qu’ils s’engagent sur au moins 10 mesures). Une personne inscrite sur une liste candidate aux élections ne peut pas participer à un collectif local d’un Pacte pour la transition. Toute personne participant à un collectif local doit être transparente dans ses liens éventuels avec un parti politique, ou avec les élus du conseil municipal et les listes qui se présentent lors des élections municipales. De même, dans un souci d’ouverture au plus grand nombre, les informations partagées sur le site www.pacte-transition.org, dans les communications des collectifs locaux et lors de leurs événements ne doivent pas comporter de caractère prosélyte ou partisan.

Quelle approche pour Bures-sur-Yvette ?

Le comité de pilotage et des adhérents de Bures en transition se sont réunis pour commencer par porter 7 mesures du pacte en rapport avec les activités de l’association.

Des mesures pour que les candidats soutiennent réellement des actions locales déjà engagées sur Bures par l’association et qu’ils aient l’ambition d’aller encore plus loin.


Pérenniser la recyclerie et adopter une politique responsable de gestion des déchets

> Mesure 18 

Impulser et financer une démarche collective de prévention, réemploi, valorisation des déchets en régie ou avec des acteurs de l’économie sociale et solidaire

La recyclerie, ouverte fin septembre, démarre à peine et s’autofinance entièrement. Il serait bienvenue que les pouvoirs publics participent à sa pérennité économique. Mais la prévention, le réemploi, la valorisation des déchets, c’est aussi soutenir davantage le compostage collectif, revoir le fonctionnement de la déchetterie communale, mieux prévenir le gaspillage alimentaire dans les cantines…


Pérenniser le café associatif, développer d’autres tiers-lieux 

> Mesure 31

Mettre à disposition des initiatives associatives et citoyennes du territoire, les espaces et ressources pour favoriser leur collaboration, le lien social et le développement de tiers-lieux (espaces d’expérimentation, de partage, de co-gouvernance, etc.) largement ouverts à l’ensemble des habitant·es

La Maison de l’Ecologie et de la Transition, le café associatif ont vu le jour dans le cadre d’une convention de mise à disposition gratuite de 6 mois, que nous avons renégociée à un an, mais qui n’est pas reconductible tacitement. La pression immobilière peut par exemple pousser une municipalité à réétudier la mise à disposition du lieu. Pourtant, ce lieu montre l’exemple en terme de vivre ensemble et d’autres types de tiers-lieu seraient à soutenir sur le versant éducatif, de l’habitat, du travail…


Soutenir et développer la monnaie locale

> Mesure 32

Adhérer aux monnaies locales complémentaires et citoyennes et les mettre en place dans les services publics de la commune et de ses groupements, dans les budgets participatifs et dans le soutien aux associations

La monnaie locale la « Racine » s’implante à Bures. La municipalité communique sur la monnaie locale dans le journal de la ville mais on souhaiterait un engagement plus fort de la municipalité : par un soutien direct à l’association qui porte la monnaie locale, et par une utilisation de Racine à l’échelle communale au sein même des services municipaux.

 

 

Des mesures pour inciter les candidats à s’engager concrètement sur des projets de l’association.


La création d’une ferme urbaine

> Mesure 6

Préserver et mobiliser le foncier agricole et accompagner l’installation de nouveaux agriculteurs et agricultrices dans une logique paysanne

D’un côté des terres naturelles à Bures sont menacées par des constructions alors que la municipalité à des moyens administratif de les protéger. D’un autre côté, le projet de ferme urbaine de la municipalité actuelle semble peu cohérent notamment au vu de la qualité sanitaire des terrains et de l’espace disponible pour les cultures.


Le retour à une cantine locale

> Mesure 7

Proposer une alimentation biologique, moins carnée, locale et équitable dans la restauration collective

Une alimentation réellement locale et non-industrielle dans les cantines ne peut être envisagée qu’avec un système d’approvisionnement en circuit court par une cuisine centrale locale qui pourra alimenter en plats cuisinés la restauration collective de la ville. Cela permet d’ouvrir davantage le marché aux producteurs locaux notamment bio, d’avoir des aliments ultra frais, de réellement contrôler la qualité des plats…


La descente énergétique 

> Mesure 11

Mettre en œuvre une démarche territoire à énergie positive ou plan climat citoyenne ambitieuse, en réduisant au maximum les consommations d’énergie et en développant la production et la consommation d’énergie renouvelable notamment citoyenne

Aujourd’hui le réflexe de faire des bâtiments publics des exemples en matières de sobriété et d’efficacité énergétique n’est pas présent. De plus, nous attendons concrètement la mise à dispositions de toits municipaux pour la réalisation d’un projet de coopérative citoyenne de production d’énergie photovoltaïque.


La démocratie de construction

> Mesure 29

Créer une commission extra-municipale du temps long pour représenter les intérêts de la nature et des générations futures, et s’assurer de l’adéquation des grands projets des communes et de leurs groupements avec les enjeux écologiques, sociaux, climatiques de moyen et long terme

On demande régulièrement des réunions pour être tenu au courant des grands projets municipaux dans le champs de l’écologie et participer au prises de décisions en tant que citoyens. On aimerait que ce genre de pratiques soit institutionnalisé par la mairie elle-même et ouvert au plus grand nombre de citoyens voulant participer à la construction des projets de leur ville. Cela est très différent des cafés organisés par la municipalité pour parler des problème de voisinage quartier par quartier.

 

Comment s’investir en tant que citoyen ?

Pour valider l’intérêt de citoyens pour ces mesures, un sondage est disponible en ligne pour choisir, parmi les 32 mesures, celles qui sont les plus adaptées à notre ville.

De plus, pour arriver à porter 10 mesures (et officialiser le Pacte auprès du Collectif national pour une Transition Citoyenne) le collectif local doit être élargi.

D’autres membres de l’association ont récemment rejoint le collectif avec des mesures sur l’habitat (rénovation des bâtiments et habitat participatif) !

On a lancer un appel aux citoyens, notamment actifs dans d’autres associations locales buressoises, qui souhaitent s’engager pour la transition sans parti pris politique, à rejoindre le collectif. Le collectif porte maintenant des mesures sur le numérique, l’eau et la finance éthique.

Un café citoyen a eu lieu sur le Pacte pour la transition
à la Maison de l’Écologie et de la Transition !

Maintenant, le dialogue avec les différentes listes est en cours…

Posted in Démocratie, Transition.