Relocalisation de l'alimentation

à Bures sur Yvette

En cas de pénurie d'énergie, l’autonomie alimentaire de l’Île-de-France ne serait que de quelques jours. Dit autrement, la plupart des aliments consommés localement sont importés. La relocalisation alimentaire vise à produire sur place la nourriture consommée par les habitants pour réduire les problématiques d'approvisionnement, de gaspillage, de perte de lien entre agriculteurs et consommateurs, de sécurité alimentaire, etc. mais aussi les conséquences sur l’environnement, notamment en termes d’émissions de gaz à effet de serre, d’artificialisation des sols et d’impact sur la qualité et les ressources en eau

En 20 ans, le plateau de Saclay a perdu plus de 30 % de ses terres cultivables au profit d'une véritable "bétonisation". A Bures-sur-Yvette, comme ailleurs dans la région, il devient urgent pour notre survie d'arrêter la destruction de terres naturelles. Relocaliser l'alimentation c'est considérer chaque lopin de terre comme une ressource pour une production alimentaire locale, saine et source de biodiversité!

Dans certaines communes pionnières, la relocalisation alimentaire fait partie intégrante de la politique municipale. Elle se concrétise, par exemple, par la production de paniers de légumes ou l'approvisionnement des cantines scolaires en produits locaux et biologiques d'excellente qualité.

La jardinière comestible

Inspirés par les incroyables comestibles, ON a obtenu l'autorisation municipale de planter et semer dans la jardinière située en face de la mairie. Deux saisons de cultures se sont déjà succédées avec des récoltes sans pesticide ni engrais chimique 

Pour que le projet prenne de l'ampleur, ON recrute des volontaires motivé(e)s afin de conquérir plus d'espace et de prouver qu'une alimentation locale, c'est possible !

Envie de mettre la main à la terre, contactez-nous !

 

 

Un pôle agricole local

L’une des premières actions de Bures en transition a été de travailler à la mise en œuvre d’un projet agricole local, car on a parmi nous une maraîchère… à qui il ne manque que la terre. Un terrain classé Espace Naturel Sensible (ENS) existe sur notre commune. Il s’agit d’une des rares parcelles assez grande, sinon la seule, où il serait possible de développer un projet agricole de ferme urbaine économiquement viable.

Les conclusions d’une étude sur l’Espace Naturel Sensible (ENS) sont tranchées et écartent totalement la possibilité de maraîchage, même sur les parcelles actuellement en pâturage à cause d’une incompatibilité d’ordre administrative. Les objectifs d’un ENS sont de préserver la biodiversité et les paysages. Et le modèle agricole conventionnel n’est effectivement pas compatible avec cela ! Cependant ceux qui connaissent l’agriculture bio, la permaculture, l’agroécologie, ceux qui nous ont accompagnés au Bec Hellouin... savent qu’il existe une agriculture capable de préserver la biodiversité et les paysages.

On continue de porter et d’accompagner un projet de maraîchage pour Bures avec la municipalité et en lien avec Terre et Cité (possibilité de financements jusqu’en 2020) en explorant d’autres pistes.

Envie de rejoindre le groupe, contactez-nous !

 

 

Des cantines locales

Face à un système de restauration scolaire insatisfaisant, notamment sur le plan nutritif,  et qui pose même des problèmes que nous font remonter les parents d’élèves, on se positionne actuellement auprès d’eux pour soutenir et promouvoir "à terme" le retour de cuisines / légumeries municipales, afin de relocaliser la restauration collective et notamment scolaire, de la ville.

On propose de contacter des représentants de la mairie afin d’organiser en leur présence une visite ouverte à tous au sein d’une cantine scolaire proche de Bures-sur-Yvette afin de développer des pistes qui feront avancer ce projet.

Envie de rejoindre le groupe, contactez-nous !